CNRD : Sortie à Draguignan et Saint-Raphaël

Deux classes ont participé cette année au Concours National de la Résistance et de la Déportation (CNRD), la 1S1 et la 1L1. Les élèves ont réalisé différentes productions littéraires et plastiques, dont des comptes-rendus des différentes sorties et rencontres organisées dans le cadre de ce projet. Vous trouverez ci-dessous un article écrit par une élève de 1L1, racontant la sortie du 16 janvier.

Musée.jpg

Déroulement de la journée

  • Visite guidée du Musée de l’Artillerie à Draguignan.
  • Visite du Cimetière américain de Draguignan
  • Sortie sur la plage du Dramont à Saint-Raphaël en collaboration avec l'Association de la 36ème Division d'Infanterie du Texas

Visite du Musée de l’Artillerie (1ère et 2ème Guerre mondiale) 

L’artillerie est un terme qui signifie « l’art de tirer, de pouvoir agresser quelqu’un ou quelque chose à distance tout en restant protégé ».

Nous avons découvert que dans ce musée tous les canons sont d’origine, et que ce sont les Français qui ont inventé le premier canon qui ne recule plus en 1897. Ce canon 75 mm sans recul est considéré à l'époque comme le meilleur canon du monde, avec 20 coups par minute contre un coup par minute.  

De Gaulle a lancé son célèbre appel à poursuivre le combat le 18 juin 1940. La Résistance a commencé dès l’armistice de la Seconde Guerre mondiale, le 22 juin 1940. La plus grande partie du travail de la Résistance est le « renseignement ». Toutes les informations sont destinées aux chefs de secteur et transmis par radio en Angleterre. Les Maquisards étaient souvent armés par des armes subtilisées aux Allemands.

 

 

Le Général Charles De Gaulle et les Américains voulaient absolument débarquer en Provence. Winston Churchill a fini par accepter. Les Français ne sont pas les seuls à avoir participé à ce débarquement,  il y avait également des « Indigènes des colonies françaises», des Canadiens, des Anglais et des Américains. Les Américains qui ont trouvé la mort dans ce débarquement sont enterrés au Cimetière Américain de Draguignan.

 

Visite du Cimetière américain de Draguignan

Nous nous sommes rendus au Cimetière américain de Draguignan. Ce cimetière militaire fut créé en août 1944. Dans ce cimetière, il n’y a aucun ordre de placement. Un général peut être placé à côté d’un officier ou d’un simple soldat par exemple. Les corps enterrés appartiennent à des personnes de toutes origines et  de toutes religions. L’âge moyen des personnes qui y reposent est de vingt ans. Le cimetière abrite un mur des disparus mais il arrive de retrouver les corps de certains disparus, dans ce cas, une fleur en bronze est incrustée à côté de leurs noms. La visite guidée a été menée par une femme d’origine anglaise.

 

Elle nous a raconté l’histoire de trois personnes particulièrement marquantes. En effet, les histoires d’Andrew Perry, George B. Davis et Aleda E. Lutz sont tout aussi différentes que semblables. Perry était un amérindien, Davis était noir, Lutz était une femme. Mais tous les trois n’étaient pas considérés à leur juste valeur. Perry et Davis n’étaient pas considérés comme de « vrais » américains et Lutz, quant à elle, était vue comme une américaine mais à cette époque les femmes étaient peu considérées dans la société contrairement à aujourd’hui. Mais c’est de par leur engagement dans la guerre qu’ils ont révolutionné l’ouverture d’esprit de la société en « dénonçant » sans le savoir le racisme et les inégalités hommes-femmes dans la société.

 

La plage du Dramont à Saint Raphaël

 

Nous nous sommes rendus, dans l’après-midi, à Saint Raphaël sur la plage où s’est déroulé le Débarquement de Provence. Nous avons rencontré deux hommes qui font partie d’une association qui rend hommage à la 36ème Division d'Infanterie du Texas. L’un d’eux nous a fait le récit de ce qu’il a vécu lors de ce débarquement sur les côtes varoises durant la Deuxième Guerre mondiale. Son récit a été un moment fort de la journée car son témoignage était très émouvant. Nous avons eu la chance de pouvoir monter dans des véhicules américains d’époque et de fouler la plage où des héros de la Deuxième Guerre mondiale ont débarqué.

 

Ainsi, cette sortie effectuée le mardi 16 janvier 2018, nous a permis d’apprendre encore davantage sur la Résistance dans notre région lors du deuxième conflit mondial à travers des véhicules authentiques, des récits officiels et de vibrants témoignages.

 

Océane Bezouaouia, 1L1