Témoignage sur la guerre d'Algérie

Pour la deuxième année, deux anciens combattants sont venus au lycée rencontrer des élèves et parler de la guerre d'Algérie, cette guerre qui n'en était pas une.

2019-03-15 06.16.01.jpg

Albert Nallet et Djoudi Attoumi, deux soldats de camps opposés lors des "événements" d'Algérie.

 

 

Albert Nallet a vingt ans lorsqu'il est appelé à rejoindre le contingent français pour maintenir la paix en Algérie française suite aux mouvements indépendantistes des années 1950. Son témoignage poignant, faisant ressortir le non-sens de cette guerre - qui n'a été reconnue comme telle qu'en 1999 - a énormément touché les élèves qui sont toutefois parvenus à retenir quelques larmes. A cette époque, Albert a vu mourir sous ses yeux un certain nombre de ses amis soldats, et pour les survivants, nombreux sont ceux qui ont sombré dans l'alcoolisme ou se sont suicidé après le retour. Le traumatisme dans les vies des soldats français est bien palpable, la majorité des survivants étant encore incapables d'aborder ce sujet.

 

Sur les photos d'époque produites et commentées, on peut lire la tristesse sur les visages des jeunes soldats français, éloignés de leur famille pour défendre une cause qui leur paraissait injuste. Leurs visages éteints contrastent fortement avec ceux des soldats de l'ALN, l'Armée de Libération Nationale, côté algérien, où les jeunes volontaires défendaient la liberté de leur pays et croyaient au combat pour l'indépendance qu'ils menaient, affichant des sourires francs, à l'image de leur détermination. Djoudi Attoumi, ancien soldat de l'ALN, apporte le témoignage du camp adverse, et ensembles, Albert et Djoudi, sillonnent la France depuis dix ans, pour partager cette mémoire avec les jeunes générations ; illustrant de leur présence le fait que l'on peut devenir amis même quand on a été ennemis par le passé.

 

Ces échanges rencontrent toujours un réel succès auprès des élèves par le message fort d’humanité qu'ils délivrent. Le lycée Bonaparte remercie grandement les deux intervenants pour le travail de mémoire émouvant qu'ils ont accompli auprès des classes de 1ST2S2 et 3, de 1L1 et de TSTMG3 à la demande de leurs professeurs d'histoire.

 

Emilie Vergari